Corinne Ernoux

Cheffe de cœur, chanteuse, musicienne.

Formée au CFMI (Centre de Formation des Musiciens Intervenants), elle pratique le métier de musicienne intervenante pendant 6 ans dans les écoles de Rennes et du Pays des Vallons de Vilaine.

En parallèle, tombée dans une passion folle pour les musiques d’Europe de l’Est, elle fonde l’association la Tête à l’Est avec Raphaële Merdrignac et Fanny Paris, en 2009, et joue dans différentes formations rennaises de musiques d’Europe de l’Est (Ot’Azoï, Woyoyoy, Collectif Volkanik, Beigale Orkestra, Kabaretale).

Avec les années et les rencontres, se confirment pour elle 2 directions : l’organisation d’événements fédérateurs et le chant collectif, qui d’année en année, devient de plus en plus engagé.

Alors, avec des dizaines et dizaines de copains et copines, nouvelles rencontres ou ami.e.s de longue date, elle initie/coordonne/participe/travaille sur de nombreux projets (3 éditions de Festival la Tête à l’Est, le Printemps des Collectifs, Entre Chien et Loup en 2015 avec la Tête à l’Est, la Compagnie Ocus, le Collectif Volkanik et la Compagnie Dicilà, Chanter à 1000…).

La rencontre avec Perrine Aterianus donne naissance à de nombreuses collaborations et la compagnie Dicilà est alors créée en 2014 pour porter ces projets inventés ensemble. Naissent ainsi De Dames et d’Âmes, Soror, les Traversées chantées de la Vilaine (avec la coopérative CUESTA) et écho(s) (avec Anaïs Briand à la production).

Dans ses questionnements sur l’humain, elle rencontre aussi et collabore régulièrement avec la Compagnie OCUS (Compagnie Optimiste Créatrice d’Utopies Spectaculaires) à travers le spectacle Schnaill, et d’autres créations plus ponctuelles.

En recherche permanente de lutte contre la violence et convaincue de trouver des solutions dans le rassemblement et le chant, sources de joie, elle s’oriente aussi vers la création de chansons pour chœur en collaborant avec Benoît Bachus, Claire Laurent et en co-créant l’Orkestre du Ventricule.

D’autres collaborations accompagnent et enrichissent sa pensée des mouvements collectifs : Yann-Sylvère Le Gall pour la réflexion scénique et le Collectif en Corps dans tous les sens pour le sujet du chansigne.